A la découverte d’une Bluezone de Conakry

BlueZone (Basket)

Tout jeune de Conakry serait d’accord avec moi pour dire que les lieux de loisirs dignes de ce nom sont rares dans la capitale, et la plupart d’entre eux sont payants. Les Bluezones font parties des rares nouveautés qui sont actuellement gratuites ici à Conakry, du moins pour l’instant, espérons que ça le restera ainsi pour toujours. Pour ma part, j’ai beaucoup entendu parler de ces fameuses « Bluezones » et je l’avoue : cela a un peu piqué ma curiosité. Alors j’ai voulu savoir de quoi ça avait l’air… Direction : la Bluezone de Sonfonia qui était la plus proche de mon lieu de résidence !

La Bluezone de Sonfonia est implantée près de la Grande université ‘’Général Lansana Conté de Sonfonia’’. Je me suis promené dans ses locaux et voici mon constat en pénétrant dans la zone :

Tout d’abord, ce qui m’a marqué en arrivant sur les lieux, c’est la facilité d’accès : l’entrée est gratuite. Mais néanmoins vous êtes priés de vous lavez les mains au chlore car nous n’avons pas oublié le récent passage de la maladie à virus Ebola. Ce que je fis volontairement et, nouveau que je suis, je me suis attardé un peu sur le tableau à l’entrée où il était mentionné les quelques règles qui régissent l’établissemBlueZone de Sonfonia - taleauent.                     Un de mes amis me poussa vers la porte parce qu’il était réellement impatient (eh oui je n’étais pas seul sur ce coup-là). Je le suivais donc, non pas par obéissance, mais parce que j’avais fini ma lecture de ces fameuses règles !

Ensuite, je pénétrais dans l’enceinte, je ressenti alors comme une espèce de téléportation. Si je me suis senti étranger dans ce lieu c’est tout simplement parce que la zone était bien propre et ordonnée. Les gens circulaient dans les allées dans tout les sens mais – chose étonnante – personne ne jetait un bout de papier ni autre chose d’ailleurs. Ici tout était vraiment propre – « nickel », ce qui est très rare dans les autres lieux de loisir à Conakry d’habitude on butte sur des sachets en plastiques et les canettes de sodas jetés n’importe comment par terre. Je constatais donc avec étonnement que La règle n°1 inscrite à l’entrée de la zone a bien été respecté : La propreté. BlueZone de Sonfonia (propre)

 

Voici un beau modèle à suivre pour notre ville. Reste à savoir pourquoi les rues de Conakry sont si salles malgré tant d’« efforts »…

 

Je continuais mon bout de chemin ou si vous préférez, ma visite. Dans cette Bluezone il y a quatre bâtiments juxtaposés : en face de l’entrée principale, il y a une « salle d’informatique », ensuite une « salle de détente » puis une « salle de classe » et enfin une « salle polyvalente ». Oui oui, je sais, il y a beaucoup ‘’d’entre guillemets’’ qui se suivent mais j’ai voulu conserver « l’originalité » des noms des salles que je cite. Ok. Le sol était recouvert de granite sur une bonne partie de la zone, le reste de la surface était nu. Quant aux allées, elles étaient recouvertes de dalles et délimitaient de petits espaces gazonnés. Les arbres, plantés fraîchement n’ont pas encore atteint leur maturité. Tout au bout de mon parcours – car la zone est vaste – je découvrais un grand terrain de basket qui est en fait constitué de trois « mini » terrains juxtaposés côte à côte.

BlueZone de Sonfonia - le terrain

Ici des amateurs de basket-ball faisaient leurs entraînements à côté des footballeurs. Ils étaient pratiquement tous des ‘’sportifs du dimanche’’, à en juger par leurs vêtements qui ressemblaient plutôt à des tenues mi-salon qu’à de véritables maillots de sport. Au bord du terrain, se tenaient quelques spectateurs qui vibraient à chaque fois que le ballon plongeait dans le panier.

Là-bas : des jeunes filles sautaient à la corde au rythme des chants qu’elles synchronisaient avec leurs pas comme s’il s’agissait d’un orchestre. Et quel travail ! Cela se voyait par la sueur qui perlait sur leurs fronts et par leurs sweat-shirts trempésun véritable sport qui brûle des calories !

Plus loin, on pouvait voir un groupe de danse répéter sa chorégraphie à l’aide d’un téléphone portable qui diffusaient des mélodies concoctées par nos DJ – Beatmakers du coin !

Dans la « salle polyvalente » se tenait en fait un cours de karaté, du « taekwondo ». Nous avons assisté à quelques postures de combat et à la démonstration du maître. Il montrait à ses disciples comment parer à l’attaque d’un adversaire et comment mettre celui-ci à terre sans trop d’efforts. Les élèves regardaient attentivement, et nous (les curieux), nous regardions « passionnément ». Après tout quel est ce curieux sur terre qui refuserait un tel spectacle !? Et c’était à couper le souffle, époustouflant ! Dans ce Dojo tout allait très bien ce soir sauf une seule chose qui m’embarrassait : l’absence de filles !

Les filles étaient présentes dans tous les recoins de cette « zone » mais pas celui-ci, pourquoi ? Sans doute parce que le karaté ne leur plaît pas tant que ça. Mais en réfléchissant un peu j’ai écarté cette déduction puisque des filles, il y en avait tout près de moi c’est-à-dire dans le box des spectateurs (ou des curieux) mais pas sur le tapis, aucune ! Auraient  elles peur des sports de contact, ou bien serraient-elles trop ‘’complexées’’ pour pratiquer ce type de sport ? À ces deux questions, nul ne saurait répondre avec exactitude puisque comme on le dit souvent :

« le cœur de la femme est un océan de secret »

Quel est-donc ton secret, hein « coquinette » ?

Après cette belle démonstration le maître décréta la pause et j’en ai profité pour m’éclipser vers la salle voisine pour dénicher un petit groupe de jeunes rappeurs. Ils s’étaient enfermés dans la « salle de détente », et travaillaient apparemment leurs textes en s’échangeant des idées. Va falloir bosser les gars, les textes sont un peu moche à mon avis – désolé… Je quittais rapidement cette cacophonie pour aller me réfugier dans la salle la plus tranquille du coin, même la salle d’informatique étaient bruyante comparée à celle-ci et bizarrement je ne voyais pas de monde par ici non plus. Et j’étais ébahi en lisant le nom de la salle en sortant : « salle de classe » ! BlueZone de Sonfonia - la salle de classe

Ce nom à lui seul à suffit pour mettre la trouille à tous ceux qui « oseraient » y pénétrer !…

 

 

Voila, je crois que tout à été dit… ah oui, j’oubliais, il y a de l’eau potable pour tout le monde !

BlueZone de Sonfonia - pompes

 

Une visite très très sympa que je me promets de répéter encore et encore jusqu’à ce que le disque se raye – oups, j’allais dire jusqu’à ce que les bâtiments deviennent tout sales ou à défauts deviennent payants !

À propos de l'auteur

Alpha Oumar Baldé

Etudiant de Médecine et blogueur sur le réseau Mondoblog et à la LVDJ-UNICEF

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE