Guinée : la rentrée scolaire 2016 dans la morosité

Ecole Primaire Publique Mekoviade, David Stanley CC flikr.com

École Primaire Publique Mekoviade, David Stanley CC flikr.com

 

Le 4 octobre, les élèves guinéens ont repris le chemin de l’école. Et comme pour chaque rentrée scolaire, les parents d’élèves s’acquittent du mieux qu’ils peuvent de leurs devoirs vis-à-vis de leurs enfants en leur achetant les fournitures scolaires et en mettant la main dans le porte-feuille pour payer les frais d’inscription à l’école. Grâce à cela, les enfants marchent fièrement dans les rues vêtus de leurs nouvelles tenues fraîchement cousues par le tailleur … En Guinée, la rentrée scolaire rime toujours avec enfants qui se promènent le matin et à midi en tenue kaki et carrelés. Et comme l’on dit aussi que l’exception confirme la règle alors ce mardi 04 octobre est donc cette grande exception en Guinée.

En se promenant le matin dans les rues de Conakry, c’est la morosité totale que l’on remarque près des écoles. Ce 4 octobre est différent parce qu’il ressemble à une banale journée, une rentrée scolaire sans tenues scolaires et sans bruits dans les classes, quoi de plus anormal et de si mystérieux à la fois !

La conjecture actuelle dans le pays est à l’origine du vide que l’on constate dans les classes. Beaucoup d’enseignants et d’élèves étaient absents dans les classes. Ce qui n’a pas empêcher les cours de débuter avec ceux qui étaient venu malgré tout. Plusieurs élèves ont suivi les cours dans leurs vêtements ordinaires ou avec leurs anciennes tenues qu’ils ont rafistolés pour l’occasion. La majeur partie de ceux présents à l’école était en classe d’examen car c’est toujours mieux de venir tôt à l’école pour prendre contact avec leurs professeurs et suivre l’explication des programmes de cours.

Ainsi marque le début des cours pour l’année scolaire 2016 – 2017 dans une morosité sans précédent mais cela s’explique aisément par la conjecture qui frappe les foyers guinéens qui ont subit un lourd tribu lors du récent passage de l’épidémie du virus Ebola qui à mi le pays à genou. Même si les salles de classe étaient plutôt vides dans l’ensemble, avec l’évolution des cours, l’espoir est qu’une remontée en flèche des effectifs des classes est toujours possible car les parents y travaillent dur ( très très)…

À propos de l'auteur

Alpha Oumar Baldé

Etudiant de Médecine et blogueur sur le réseau Mondoblog et à la LVDJ-UNICEF

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *