Attention, l’erreur est humaine !

Le pular : Vernaculaire ou Véhiculaire ?

 

J’aime les critiques, les critiques objectives surtout. Elles sont la preuve palpable pour un auteur, un blogueur comme moi que mes lecteurs s’intéressent de près à ce que j’écris. Par celles-ci (les critiques), je sais que je suis surveillé de près et que je n’ai pas droit à l’erreur : je dois rester professionnel.

Hier, j’ai reçu ce tweet dans lequel un blogueur en Pular et chercheur en langues et cultures africaines mentionne mon nom dans son article :

Dans son article, il nous livre son opinion qui est une belle critique de mon billet intitulé : « Le français, cette langue qui influence le pular« . Si dans l’ensemble nous sommes d’accord sur le fait que le français influence le pular, il attire notre attention sur le fait que le pular n’est pas une langue vernaculaire mais plutôt véhiculaire. Aussi il nous renseigne que le français s’enrichit du pular 😉 !

Dans son article, très pertinent je l’avoue, il nous livre quelques détails croustillants concernant le pular afin d’éviter que cette langue soit traitée de vernaculaire.

Parfois, dans le feu de l’action, quand des idées illuminent l’esprit du petit blogueur, celui-ci, sans trop réfléchir ou mener des recherches approfondies, publie des articles sans prêter attention aux choix des termes qu’il emploie. Il en résulte alors des erreurs, des « lapsus orthotypo-grammaticales » qui sont, je le rappelle, propres à l’être humain. Ces petites erreurs se voient non pas par l’auteur (qui a pourtant relu son article) mais par les lecteurs. Ainsi, il peut sans le remarquer doubler les les mots ou encore les lettrres ou tout simplement oublier de mettre un ‘’s’’ à la fin du pluriel de certains mot(s), c’est aussi valable pour les ‘’e’’, etc. Bien, ces genres d’erreurs sont anodines et s’expliquent par la fatigue ou l’inattention de celui qui les commet.

« Mieux vaut les critiques d’un seul que l’assentiment de mille. » Proverbe chinois

Il y a certaines erreurs qui sont impardonnables et qui doivent être signalées. Parmi lesquelles figurent le fait de confondre le pular à une langue vernaculaire. Mais ce genre d’erreur se comprend et se corrige car, je vous le rappelle, « l’erreur est humaine ». L’ignorance n’est pas à blâmer. Est blâmable celui qui signe et persiste dans son ignorance !

« Avant de critiquer il faut savoir se mettre à la place de celui ou de ceux que l’on critique. » Gilbert Louvain

Voilà un beau proverbe qui doit être longuement médité !

Merci.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *