Que pense la jeunesse guinéenne de la nouvelle relation entre la France et la Guinée ?

De gauche à droite: Alimou Sow, Souleymane Camara, M. Jules Armand Aniambossou, Alpha Oumar Baldé et Emma Camara

Le 05 décembre dernier, j’ai été invité à un échange avec le Conseil Présidentiel Africain (CPA) qui était en visite à Conakry pour discuter avec la jeunesse guinéenne sur la nouvelle relation entre la France et la Guinée.

Monsieur Jules-Armand Aniambossou était notre hôte, il est le coordinateur du CPA qui nous a invité. Je n’étais donc pas seul, y étaient également invités :

Souleymane Camara : entrepreneur, consultant en communication et ex-coordinateur de la communication gouvernementale.

Alimou Sow : Blogueur à Mondoblog et responsable de communication au compte de la délégation de l’union européenne en Guinée.

Emma Camara : master en communication et un certificat d’entrepreneur chez HEC. Son association Pascal et Rosa œuvre pour l’orientation et l’insertion des jeunes.

Après un tour de table pour les présentations, nous fument invités par notre hôte à poser nos questions.

C’est Alimou Sow qui a ouvert le bal avec sa première question:

« Il y a un sentiment anti-français ambiant au niveau de la jeunesse guinéenne, lié au passé colonial et au Non de 1958. Qu’est-ce que les autorités françaises envisagent de faire pour solder ce passé et repartir sur de nouvelles bases ? »

Monsieur Jules-Armand :

« La question est très importante. Que des jeunes guinéens qui n’ont pas connu cette période-là – donc le Non de la Guinée – que ça dicte leur regard vis-à-vis de la France, c’est des choses qui me surprennent.

[…] Le président Macron appartient à une génération qui est à l’aise pour prôner une relation décomplexée et c’est bien pour cela que le cadre du discours de Ouaga est posé.

C’est plus qu’une main tendue ! Le président Macron ne parle pas de partenariat, il souhaite qu’on coproduise une véritable transformation de la relation.

Il y a des jeunes qui continuent de penser que ce passé-là n’a pas été soldé. Je dirais que Ouaga a jeté les bases pour que tout ceci soit purgé »

Ensuite Souleymane Camara demande :

«  Quelle est la place de la Guinée dans la politique extérieure économique de la France ? »

Monsieur Jules-Armand :

« La Guinée a indéniablement un potentiel énorme dont la France est consciente comme le montre l’engagement de l’Agence Française de Développement en Guinée qui est passé de 15 à 90 millions d’euros par an ces dernières années.

Pour moi, la Guinée c’est à minima le grenier de l’Afrique occidentale. Le seul aspect financier ne suffit pas.

Quelle place veut prendre la Guinée, dans un concert de nations, notamment en Afrique occidentale francophone ? Où elle a indéniablement un avantage compétitif.

Je pense que c’est plus aux entrepreneurs guinéens et les acteurs institutionnels qui ont leurs rôles à jouer. Mais ça ne suffit pas. C’est aussi ça que le nouveau cadre de coopération que Emmanuel Macron propose. C’est la France qui tend la main : venez, qu’est-ce qu’on peut faire ensemble, qu’est-ce que vous attendez de nous ?

Quand dans ce pays, vu le potentiel énorme que vous avez, le pays est mal connu, son image… parce qu’il y a des sujets autres qui viennent polluer tout le reste.

Il n’y a pas de plan caché, il n’y a pas de choses décrétées […]

Quoiqu’il arrive, l’histoire, on va pas la réécrire, mais il faut la dépasser et les jeunes générations n’ont pas à être comptables de cette histoire-là »

Puis ce fut le tour d’Emma Camara qui saisit l’occasion de donner ses ‘’recommandations’’ au CPA :

« Il faut que nous guinéens, ici, qu’on arrive a sortir de ce mécanisme d’attente après l’état. Et qu’on arrive à se former et a entreprendre pour créer des entreprises et pour créer de l’emploi. Et parce que aujourd’hui un jeune guinéen qui sort d’une université son vœu c’est de devenir un fonctionnaire […]

Je me rends compte aujourd’hui du coût élevé du Data, du manque de connexion et du challenge énorme de pouvoir créer une startup digitale ici avec les infrastructures existantes. Est-ce que au niveau de l’AFD et au niveau de l’ambassade de France il y a des projets envisagés pour soutenir les startups digitales et créer une région tech comme c’est le cas au Kenya, en Afrique de l’Est ? »

Monsieur Jules-Armand :

« Le président de la république a lancé en avril 2018 Digital Africa qui depuis est devenue une réalité. C’est l’AFD qui sera à l’œuvre et qui est votre partenaire indiqué sur un sujet comme celui-là. »

Et enfin ce fut à mon tour de poser ma question :

« Que peut-on espérer de la nouvelle relation que promet le président Emmanuel Macron dans le domaine de la santé ? »

Monsieur Jules-Armand :

« C’est effectivement des priorités d’action du président de la république dans le cadre de la nouvelle relation entre la France et l’Afrique. D’abord ce sont des sujets dont les résolutions relèvent des autorités nationales. C’est à elles de fixer les priorités, de définir les programmes etc. Et évidemment la France est présente dans le cadre de la relation bilatérale. Et elle le sera toujours dans le partenariat mondial pour la santé dont la France prendra la présidence en 2019.

Deuxième élément de réponse : le chef de l’État m’a demandé pour le CPA, qu’on réfléchisse à de nouvelles modalités pour l’accès aux soins primaires de nos populations notamment à travers un dispositif de couverture maladie universelle. Nous sommes en train d’y travailler. Ce sera un de nos gros chantiers de 2019 au sein du Conseil Présidentiel pour l’Afrique. »

Alimou Sow posa une autre question aussi pertinente que sa première :

« Qu’en est-il de l’augmentation des frais de scolarités dans Campus France ? »

Monsieur Jules-Armand :

« Ce qui a été annoncé a suscité de l’émoi, nous l’avons noté lors de notre évènement vendredi dernier. Au-delà de l’augmentation des frais, il y a une volonté sincère du gouvernement d’améliorer les conditions d’accueil, de multiplier par trois les bourses d’excellence et d’augmenter les exonérations qui vont cibler prioritairement les étudiants africains. »

C’est sur ces mots que la rencontre s’est terminée dans la bonne ambiance, la même depuis le début. Nous nous saluâmes et nous nous promettions de nous rencontrer une autre fois.

Ce fut là une nouvelle expérience pour moi, une occasion pour moi de transmettre mes attentes vis-à-vis de nouvelle relation entre la France et la Guinée. Une relation qui je l’espère fera la fierté de tout un chacun et qui va accoucher de projets concrets sur le terrain.

Et en fin, j’ai rencontré des personnes fabuleuses dont Alimou Sow dont je lis régulièrement les articles.

Alimou Sow et moi

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *