Exclure les exclus

Une vendeuse au bord de la route By Al K. Bou [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], from Wikimedia Commons

Une vendeuse au bord de la route By Al K. Bou [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], from Wikimedia Commons

Sale temps pour les vendeurs aux abords des rues de Conakry. La saison sèche, la chaleur et le soleil ardent terminés, place maintenant à la pluie. Une image qui suscite en nous des réflexes de compassion.

On voit moins les vendeurs en août. Ceux-qui sont là restent assis sous leurs parapluies,  ils endurent les caprices de la météo inhospitalière de Conakry. Mais on les voit pourtant, là sous la tempête, en train d’écouler leurs maigres marchandises au marché ou au bord de la route.

Mais en saison sèche et comme d’habitude, des mesures sont prises par les autorités : interdiction de l’occupation anarchique de la voirie publique ! Ici, on casse leurs kiosques, là-bas on donne d’abord un préavis et ensuite c’est la démolition ! Pas d’autres alternatives à proposer, aucune autre source de revenu ne leur est proposée…

Casser les petits commerces pour endiguer la misère, quelle belle stratégie !?

Et pourtant, c’est bel et bien le cas, c’est ce que l’on impose à ces pauvres citoyens qui ne souhaitent qu’une seule chose : qu’on leur laisse gagner leur pain. Quand il n’y a pas d’emplois dans un pays, cela va de soi, la population doit se tourner vers ses propres moyens pour survivre.

Certes, le petit commerce a son lot d’inconvénients, parmi lesquels on peut citer :

– l’insalubrité, à cause des ordures qu’ils produisent et qui s’amassent dans les rues de la capitale ;

– l’encombrement de la voirie publique, à cause de l’occupation anarchique de la chaussée et des espaces de stationnement …

Ce n’est jamais beau, c’est pour cette raison que ça s’appelle « survivre »

Ce n’est pas beau. Baraques de fortune et kiosques pullulent un peu partout dans Conakry. Des vendeurs vous interpellent au beau milieu de l’autoroute ou dans les embouteillages pour vous proposer leurs produits ! Et des passants jettent leurs ordures n’importe comment, n’importe où. Que dire de plus, les exemples de ce genre ne manquent pas dans la capitale !

Ces citoyens qui occupent ces rues de manière anarchique le font malgré eux, car personne ne choisit la pauvreté ! C’est la pauvreté qui a occasionné leur précarité. Et c’est cela la source de leur exclusion par la société et l’État. Car c’est bien de cela dont il est question ici : de l’exclusion des exclus.

Exclus très tôt des bancs de l’école guinéenne à cause de l’incapacité de leurs parents à payer leurs études, ces jeunes filles et jeunes hommes sont maintenant devenu adultes et doivent vivre de leurs propres efforts de travail. Mais de quel travail et où l’obtenir ?! D’emplois, il n’y a que très peu. Les quelques postes disponibles sont octroyés à ceux qui ont un CV remarquable ou ayant de bonnes relations.

Pauvres et majoritairement analphabètes, ces jeunes filles et hommes se tournent alors vers les rares emplois décents auxquels ils peuvent réellement espérer : dans les industries, dans le bâtiment, le commerce…

Et puisque tout le monde n’a pas les moyens de louer une boutique, alors les petites étables pullulent comme des champignons… Et on survit !

4 Commentaires

  1. Billet émouvant. Il y a quelques jours à N’Djaména, on a commencé à chasser les vendeurs de rue…. je me posais les mêmes questions que toi. À vrai dire ont-ils le choix ? non ! on se débrouille tous pour survivre.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *