Quand un homme prend la marmite en afrique

Par Cyriac Gbogou (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

La société traditionnelle répartit le travail entre les deux sexes. En ce qui concerne la cuisine, ce sont les femmes qui assurent, seules, l’ensemble des travaux. Elles partent au marché, achètent les condiments et préparent la sauce et le riz. Elles servent les plats à toute la famille puis s’occupent du nettoyage des bols ainsi que du reste de l’hygiène de toute la maison.

Les hommes n’ont pas le « droit » de s’approcher de l’aire de la cuisine surtout si le travail de la cuisson est en cours. Sous peine de se voir traités de « gourmands », les hommes sont obligés de se plier aux nombreuses coutumes qui dictent  la conduite de chaque sexe :

     Un homme ne doit pas balayer ;

      Un homme ne cuisine pas ;

       Un homme (marié) ne lave pas ses habits, c’est à  sa femme que revient cette tâche ;

        Un homme ne lave pas les bols ;

Et concernant la cuisine, les femmes ont le total monopole dans ce domaine et elles n’hésitent pas à opposer leur veto quand un homme essaie de fouiner dans leurs affaires culinaires.

Mais il arrive parfois que quelques hommes décident de se mettre à la cuisine. Le plus souvent par nécessité plutôt que par amour ou par passion, de plus en plus d’hommes et de garçons se voient obligés de prendre la marmite. C’est le cas notamment des nouveaux étudiants qui quittent leurs familles pour partir étudier dans les grandes villes du pays ou à l’étranger. Ils sont obligés de vivre seuls et par conséquent de préparer leur propre nourriture ! A côté de cela il y a les cantines elles-mêmes ! Elles ne proposent pas tous les menus et en plus la nourriture y est beaucoup plus chère. Un étudiant qui a une maigre bourse est tenu obligé de gérer sa propre marmite s’il veut manger à sa faim.

Dans mon pays, quand un homme prend le panier de la ménagère, il devient automatiquement la risée du quartier. Tout le monde se moque de lui, ses voisins les premiers. Ils attendent à ce qu’il tourne le dos et qu’il s’en aille au marché et ils disent des mots pas très gentils à son sujet.  Ainsi, il peut être traité de « femmelette » ou d’ « impuissant » et ce, même s’il assiste sa propre femme ! Sa femme malade ou enceinte !

Dans notre société, il est très mal vu qu’un homme fasse des travaux qui sont soit disant réservés à la femme. Il y a beaucoup d’interdits créés par les coutumes que je trouve absurdes et ségrégationnistes. Il y a des coutumes qui n’ont pas de place dans notre société africaine actuelle. Franchement, je ne trouve pas en quoi le fait qu’un homme prépare à sa femme un bon petit plat pour lui faire plaisir est considéré par certains comme un geste de faiblesse !

La faiblesse c’est le fait de croire à des règles de conduites qui sont dénués de sens : c’est du dogme pur et simple !

Quant à moi, j’ai eu la chance d’avoir grandi dans une famille où l’on aborde les tabous de la société de manière rationnelle. Chez nous, tous les deux sexes sont égaux ! Et à ma propre demande, j’ai appris à faire la cuisine ainsi que les autres tâches ménagères…
« Cela te servira un jour, quand tu seras obligé de voyager » me disait ma maman. Mais en réalité cela me sert déjà puisque c’est moi qui prépare quand elle a un empêchement ou un souci de santé !

 

*Article publié en premier lieu sur la LVDJ-unicef