Sur le pont de Madina (deuxième partie)

Marché de Madina, Alpha Oumar Baldé CC doudoufine.mondoblog.org

Après un laps temps de repos qui lui a permis de reprendre son souffle, Amadou fut interpellé par un vendeur un peu spécial :

– Patron, patron, bonsoir !

– Bonsoir.

– Patron, regardez, j’ai ici avec moi une belle veste qui vous irait à merveille, pourquoi ne pas l’essayer ?

Et sans même donner le temps à Amadou de lui répondre, le vendeur sorti une belle veste de son sac qu’il brandissait fièrement devant les yeux de Amadou qui s’émerveillèrent.

Effectivement, c’était bel et bien une magnifique veste à la couture très soignée. Un blaser cousu à la main au tissu doux sur lequel Amadou posa sa main pour sentir la texture. Puis il demanda :

– ça coûte combien ?

– Ah patron, 200.000 francs seulement ! Et c’est avec son pantalon. Le vendeur tira de son sac le pantalon en question et le tendit à Amadou.

– Ah d’accord. Et le dernier prix alors ?

– Patron, pour vous, je vous laisse à 180.000 francs dernier ; sans discuter ! C’est le meilleur prix sur le marché. Dans les centres commerciaux, cette veste se vend à 500.000 francs, dernier. Mais moi je vous la vends ainsi à petit prix : 180.000, cadeau !

– OK ; il fait nuit, je ne vais pas trop discuter avec toi car je n’avais pas prévu d’acheter quoi que ce soit aujourd’hui et ma voiture est tombée en panne… Donc si tu es d’accord pour me laisser à 150.000 je peux la payer ce soir sinon, on se dit au-revoir, OK ?!

– D’accord patron, pas de soucis, envoyé l’argent.

Marché conclus, Amadou acheta la veste au prix extraordinaire de 150.000 francs guinéens, une veste de luxe qui, normalement, ne coûterait pas moins de 500.000 francs guinéens. Et Amadou était content, on pouvait lire à nouveau la joie sur son visage ! Cette nouvelle acquisition vient d’effacer son petit souci de voiture. « Tiens, je sortirai avec cette veste le 31 décembre ! » se dit-il intérieurement !

Le vendeur a fini d’emballer la veste dans un sachet en plastique noir. Il prit soin de bien l’attacher, de telle sorte que personne ne puisse l’ouvrir et d’y jeter un coup d’œil. A moins que l’on ne le déchire.

– Tenez, merci patron !

Amadou prit son sachet ou je devrais dire son ballon, tellement ce sachet était bien serré et bien rond à tel point que seuls des ongles biens dures pouvaient en venir à bout et l’ouvrir ! Il le prit et s’en alla vers le carrefour où les taxis l’attendaient, impatients.

Amadou n’a eu aucun mal à obtenir une voiture ce soir ; il prit place dans un taxi de Conakry et fila droit vers son domicile…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *