Conakry, quand des policiers corrompus foisonnent nos carrefours

Balance, Alpha Oumar Baldé CC doudoufine.mondoblog.org

Balance, Alpha Oumar Baldé CC doudoufine.mondoblog.org

Combien de fois ai-je aperçu des policiers de ma capitale accepter des sous ? Tiens, ce matin même, j’en ai encore vu. Décidément c’est la coutume. J’ai aperçu une policière accepter des miettes, des pots de vin. Pots de vin serait trop honorable pour celle-ci car cette somme-là c’est rien du tout, c’est de la miette au sens propre du terme ! Ce matin j’ai aperçu cette dame en uniforme, belle comme elle est. Dans sa main, même le détective le plus rusé ne pourrait deviner qu’il s’y cache un papier, un franc-glissant, ou encore un vilain billet de mille franc guinéens ! Avec son air autoritaire, je l’avoue (et dur!) Madame la policière a pris le billet. Elle l’a fermement enrobé et glissé ; où ? dans sa poche ! Mille francs guinéens, mille franc-glissants …

Dites-moi, quand vous voyez la loi marcher sur elle-même, qu’est-ce que vous êtes censés faire ? Si les hommes qui sont chargés de faire respecter la loi se comportent de la sorte alors que diriez-vous des malfrats, que diriez-vous de vous-même ? Franchement c’est du laissez-aller. C’est pour cette raison que je me dois d’interpeller cette policière, qui comme certains de ses collègues hommes et femmes, se livre à de telles pratiques :

Madame la policière,

Je viens très respectueusement et « légalement » vous annoncer que ce vilain billet de mille francs guinéens que vous avez accepté ce matin de la part de votre généreux taximan en compensation des « torts » qu’il a commis en stationnant sur un espace interdit m’a profondément ému.

Que vous êtes belle dans votre uniforme ! Mais quelle tâche de boue vous avez mis sur lui en acceptant ce billet ! La vie est dure, je l’admets. Mais ce n’est pas en acceptant mille francs que vous joindriez les deux bouts. Tenez, votre coiffure coûte vingt fois plus chère. J’espère qu’elle n’a pas été subventionnée par vos généreux donateurs ! Vous avez un salaire, maigre diriez-vous. Et vous acceptez des pots de vins. Puisque vous avez osé, j’oserai aussi. Vos nuits devraient êtres hantées par cet acte ignoble mais, au lieu de cela, vous vous en réjouissez. Sachez que vous êtes la risée des usagers des routes guinéennes.

Que vous êtes belle dans votre uniforme ! Vous croisant une heure plutôt, vous m’inspireriez tout le respect du monde mais il y a eu bien ça, ce geste, votre geste.

Madame, aussi vrai que je croyais les femmes plus honnêtes que les hommes, vous m’avez prouvé que j’avais tort, vous m’avez prouvé qu’ici en Guinée, il règne une grande équité. Vive l’égalité entre homme-femme donc. Personnellement, j’admirais les femmes aux métiers d’hommes jusqu’à aujourd’hui, quand je vous ai aperçu, serrant la paume de ce « bon » taximan qui vous glissa le magot, tel des dealers de came qui eux ne s’exposeraient pas comme vous l’avez fait ainsi sous les yeux du monde et en plein jour ! Quel manque de pudeur ! Méditez donc sur votre acte. En tout cas, pour vous, moi j’ai honte… imaginez si c’était un touriste qui était à ma place : que dirait-il ? Quel souvenir emporterait-il en rentrent chez lui ? « Conakry est doux, mais… ». Qui sait, peut-être avez-vous tendu la main à l’un d’entre eux par hasard ? Tels les mendiants sur le pont du grand marché de Madina, vous quémandez les chauffeurs quand vous les arrêtez.

Je n’ai qu’une envie, celle de la bonne foi, que les lois que vous avez tant piétinées soient votre raison d’existence. Comprenez donc ce billet qui n’est autre que le cri de mon âme. Tant que vous oserez, j’oserai aussi !

Veillez agréer, Madame la Policière, l’expression de mon cœur meurtri par vos actes.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *